Les billes de carbone peuvent réduire les maladies du foie et restaurer la santé intestinale

Les billes de carbone peuvent réduire les maladies du foie et restaurer la santé intestinale
Les chercheurs ont conçu des billes de carbone qui pourraient contribuer à améliorer la santé intestinale et hépatique.
  • Les billes de carbone innovantes développées par des chercheurs de l’UCL pourraient un jour devenir une nouvelle méthode de traitement des maladies liées à une mauvaise santé intestinale, comme la cirrhose du foie, qui touche des millions de personnes dans le monde.
  • De nouvelles recherches ont révélé que ces billes de carbone, capables d’absorber des bactéries et des toxines nocives, amélioraient considérablement la santé des intestins, du foie, des reins et du cerveau dans des modèles animaux et montraient un potentiel d’application chez l’homme.
  • Des recherches supplémentaires sont nécessaires, mais ces billes de carbone pourraient représenter une avancée prometteuse pour résoudre les problèmes associés aux déséquilibres du microbiote intestinal.

L'étude, publiée dans la revue Gut, indique que ces billes de carbone, désormais autorisées par Yaqrit, une spin-out de l'UCL, ont amélioré avec succès la santé de l'intestin, du foie, des reins et du cerveau chez les rats et les souris, et ont été jugées sans danger pour une application humaine.

Dans le monde, environ 112 millions de personnes vivent avec une cirrhose du foie.

Le rôle important du microbiote intestinal dans la santé globale n’est que maintenant pleinement reconnu.

Un déséquilibre du microbiote peut entraîner une prolifération de bactéries nocives, ayant un impact sur les bactéries bénéfiques et préservant la santé intestinale.

L'impact des bactéries nocives sur la santé intestinale

Les bactéries nocives ont un impact sur l’environnement intestinal en sécrétant des endotoxines, des métabolites toxiques et des cytokines, qui créent des conditions favorables à leur croissance.

Ces substances, en particulier les endotoxines, peuvent provoquer une inflammation et augmenter la perméabilité de la paroi intestinale, entraînant des lésions dans d’autres organes comme le foie, les reins et le cerveau.

Dans les cas de cirrhose, une maladie marquée par des cicatrices hépatiques, l’inflammation induite par les endotoxines est connue pour aggraver les lésions hépatiques.

Les antibiotiques font partie intégrante du traitement de la cirrhose pour gérer les bactéries nocives, mais présentent des risques de résistance aux antibiotiques et sont généralement réservés aux stades avancés de la maladie.

Collaborer avec l'industrie pour développer des billes de carbone innovantes

Pour relever ces défis, les chercheurs de l'UCL, en partenariat avec Yaqrit, ont développé de minuscules billes de carbone orales.

Ces billes de carbone sont conçues avec une structure microscopique unique qui leur permet d'adsorber les petites et grandes molécules dans l'intestin.

Dans leur étude, les chercheurs de l'UCL ont examiné l'efficacité des billes de carbone, appelées Carbalive™, pour favoriser la santé intestinale et leurs effets sur la fonction hépatique, rénale et cérébrale chez les rats et les souris.

Les résultats ont indiqué que l'ingestion quotidienne des billes sur plusieurs semaines a stoppé la progression des cicatrices et des lésions hépatiques chez les modèles animaux atteints de cirrhose et a diminué la mortalité chez ceux souffrant d'insuffisance hépatique aiguë ou chronique (ACLF).

Les billes ont également été évaluées dans un essai clinique impliquant 28 patients atteints de cirrhose. Les chercheurs ont découvert que les billes étaient sûres et provoquaient des effets secondaires minimes.

Si ces billes de carbone démontraient chez l’homme les mêmes avantages que ceux observés dans les modèles animaux, elles pourraient représenter une avancée significative dans le traitement des maladies du foie.

Les billes de carbone fonctionnent en absorbant les endotoxines et autres métabolites nocifs des « mauvaises » bactéries présentes dans l’intestin. Cette action favorise un environnement plus sain propice au développement des bactéries bénéfiques, contribuant ainsi à restaurer la santé du microbiome.

Grâce à cette action, les billes de carbone empêchent ces toxines de se propager à d’autres parties du corps et de causer des dommages, comme on l’observe dans des conditions comme la cirrhose.

Les résultats des premières études ont ouvert la voie à des essais cliniques supplémentaires visant à évaluer l’efficacité des billes de carbone chez l’homme, l’un de ces essais devant débuter sous peu.

Un nouveau traitement contre la cirrhose pourrait être à portée de main

Des recherches plus approfondies testeront si ces avantages s’étendent aux humains, conduisant potentiellement à de nouveaux traitements pour les maladies associées à une mauvaise santé intestinale.

Deux experts, non impliqués dans cette recherche, nous ont parlé.

Nathan Price, PhD, directeur scientifique de Thorne, nous a déclaré que même si la recherche en est à ses débuts et nécessite davantage de validation, « le travail est prometteur ».

« Yaq-001 représente une nouvelle approche prometteuse pour prévenir la progression des lésions hépatiques et des complications chez les patients atteints de cirrhose, un besoin médical important non satisfait », a expliqué Price.

« Contrairement aux antibiotiques, qui peuvent perturber le microbiome intestinal et favoriser la résistance aux médicaments, Yaq-001 élimine sélectivement les produits bactériens nocifs sans tuer les bactéries bénéfiques elles-mêmes. Ce mécanisme ciblé protège contre les effets néfastes des toxines bactériennes tout en préservant la santé de l’intestin. De telles approches sont vraiment importantes car nous voulons avoir des interventions qui laissent autant que possible ce qui est productif pour la santé.
— Nathan Price, PhD

Lena Bakovic, MS, RDN, diététiste spécialisée dans les maladies chroniques, la gestion du poids, la santé intestinale, l'oncologie, ainsi que la santé et le bien-être en général, a déclaré : « Les résultats de cette étude incitent certainement à la réflexion et, avec d'autres essais, ils pourraient éventuellement offrir de l'espoir pour une nouvelle façon de traiter les maladies du foie.

“La présence d'une dysbiose intestinale et d'une inflammation ont toutes deux des implications négatives sur la progression de la cirrhose et une éventuelle insuffisance hépatique chez l'homme.”

“Il semblerait que les résultats montrent ici les effets prometteurs du Yaq-001 sur la progression de la fibrose, de l'hypertension portale, de la cirrhose, de l'état nutritionnel et de la mortalité dans des modèles animaux”, a expliqué Bakovic.

« En ce qui concerne l'état nutritionnel, en particulier, il semble que Yaq-001 chez les rongeurs soit capable d'atténuer les effets cataboliques des maladies du foie, avec une influence positive sur le poids corporel et la sarcopénie. S’il peut éventuellement être appliqué aux humains, ce traitement pourrait offrir l’espoir d’atténuer la malnutrition, qui, nous le savons, complique encore davantage le traitement clinique et l’avancement des maladies du foie.
-Léna Bakovic

Price a noté que « les résultats des études animales sont encourageants, montrant que Yaq-001 a amélioré plusieurs marqueurs de la santé intestinale, hépatique, cérébrale et rénale ».

“Cet avantage suggère qu'il pourrait s'agir d'un outil puissant pour prévenir les complications graves chez les patients atteints de cirrhose”, a-t-il ajouté.

Bakovic a accepté, affirmant que « d’autres essais cliniques pour soutenir l’utilisation de Yaq-001 chez l’homme pourraient éventuellement conduire à l’approbation d’un nouveau traitement contre la dysbiose intestinale, l’inflammation et la progression de la maladie du foie ».

Des essais sur l'homme sont nécessaires

“Un aspect à considérer est que le microbiome des rongeurs est différent de celui des humains, ce qui peut potentiellement avoir un impact positif similaire chez les sujets humains”, a déclaré Bakovic.

“À l'inverse, cet essai a été réalisé sur des sujets humains dans un format en double aveugle, randomisé et contrôlé par placebo, et a démontré une sécurité/tolérance prometteuse”, a-t-elle souligné.

Price a accepté, déclarant : « S'il s'avère efficace dans des essais à plus grande échelle, Yaq-001 pourrait offrir un nouvel espoir aux millions de personnes souffrant de cirrhose dans le monde en fournissant une option de traitement ciblée et épargnant le microbiome pour prévenir la progression de la maladie et les complications potentiellement mortelles.

« Il est important de noter qu'un petit essai sur l'homme a déjà montré que Yaq-001 est sûr et bien toléré lorsqu'il est pris par voie orale par des patients atteints de cirrhose. Ces données de sécurité, associées aux résultats prometteurs chez les animaux, constituent une base solide pour poursuivre des essais cliniques de plus grande envergure afin de tester son efficacité.
— Nathan Price, PhD

En savoir plus

Discussion about this post

Recommended

Don't Miss